NOBLEME
DISCUTER
LIRE
JOUER
EN
Afficher le menu latéral

Une histoire vraie

Ce texte est une participation au concours d'écriture Concours #1 : Hallucination
Publié dans le coin des écrivains de NoBleme par Bad il y a 335 jours

« C'est une histoire vraie. 100% vraie, je te dis.

Ça remonte à quand j'avais 20 ans, mais je m'en souviens comme si c'était hier. C'était l'été 2007, juste après le gros séisme au Pérou... tu te souviens, le séisme de 2007 ? Y'avait eu plein de morts au Pérou. Bon, c'est pas grave, je me souviens pas non plus de tous les faits divers. En tout cas, le jour où ils ont parlé du séisme à la radio, j'avais chopé une sacrée crève. Je toussais, j'avais chaud, je transpirais partout. J'étais seul chez moi. C'était pas génial mais j'avais pas d'amis à l'époque, et puis bon, c'est pas ma famille qui allait m'aider...

Ma famille, tu sais, c'est que des cons. Ma mère est partie quand j'avais 2 ans et elle est jamais revenue. Mon père me mettait des coups de ceinture pour n'importe quoi. Un jour je suis parti de la maison, j'avais 14 ans, il m'a même pas cherché. La police m'a trouvé, m'a ramené à la maison. Mon père a fait semblant d'être content, et quand la police est partie il m'a dit qu'il aurait préféré que je crève dans la rue comme ça il serait tranquille. Et puis ma tante. Ah ma tante... elle a des problèmes je crois. Elle se prend pour une sorcière, elle dit qu'elle voit des fantômes et des extraterrestres et des hommes lézards. Alors on l'a internée. Je suis allé la visiter une fois, elle m'a dit que c'était de ma faute si ma mère est morte et elle a hurlé jusqu'à ce que je parte. Enfin bref, super la famille.

Mais t'as raison, je m'égare. Attends, attends, je reprends. L'été 2007 donc. J'étais super malade, tellement malade que je pouvais plus sortir du lit. Je dormais tout le temps. Et là, à un moment, je me réveille, et y'a un type assis sur la chaise où je mets normalement mon linge sale, à côté de mon lit. Je me dis que j'ai dû appeler un docteur, donc je le regarde et je lui souris, je lui dis bonjour du peu de force que j'ai. Lui, il m'ignore. Il regarde droit devant lui. Et il dit rien.

Donc tu vois, c'est un peu flippant comme situation, surtout quand tu connais l'antécédent de ma tante, je me dis merde moi aussi je vois des choses et je suis devenu fou. Sur le moment je me chiais dessus de peur, c'était trop flippant, mais bon avec les maladies on hallucine facilement des trucs bizarres. Je pouvais quand même pas me rendormir avec ce type qui me fixait du regard, du coup je me suis forcé à sortir du lit, et le temps que je me lève il était plus là. Une hallucination, je me suis dit. Alors je me suis recouché et rendormi.

Figure-toi que quand je me suis re-réveillé plus tard, j'avais tellement transpiré qu'on voyait mes côtes sous ma peau. Comme si j'avais pas mangé depuis un mois. Flippant, quoi. Et puis j'avais super mal à la tête. J'ai allumé la tv pour regarder la date, et ils parlaient encore du Pérou, ça faisait même pas une journée que j'étais au lit. Et là, le truc trop bizarre, y'avait encore ce type, immobile, mais cette fois il était derrière ma TV. J'ai eu tellement peur quand je l'ai vu que je me suis cogné sur la tête du lit. Je te dis pas la violence, j'ai mal rien que d'y repenser.

Enfin bref, le type derrière la TV, il regardait devant lui, comme si j'étais pas dans la pièce. Moi, j'étais tellement malade, je me disais putain mes hallucinations sont devenues sévères, faut y faire quelque chose. J'ai tendu la main vers mon téléphone, et là, la trouille ultime, le type a bougé. Il est venu jusqu'au lit, calmement, il m'a pris le téléphone de la main, et il a fait non de la tête. Puis il s'est assis sur la chaise à côté de mon lit, et il s'est remis à regarder dans le vide devant lui.

Alors je te dis pas la trouille que ça fout d'être dans cette situation. Est-ce que c'était une hallucination ? Est-ce que c'était réel ? Ça fait plus de dix ans que je me pose la question. Tu sais, je trouve quand même que c'est dommage que tu sois aussi agité. Ça serait plus simple si tu te laissais faire un peu plus. C'est poli d'écouter les gens quand ils te parlent. »



J'ai peur. J'ai du mal à respirer. Après m'avoir ligoté sur mon lit, il m'a mis plusieurs morceaux de gros scotch sur la bouche. Il est là, assis à côté de mon lit, à me raconter son histoire de séisme au Pérou et de maladie. Je ne sais pas ce qu'il me veut. Je ne sais même pas qui il est. J'ai eu le temps de hurler, mais je crois qu'aucun voisin ne m'a entendu, ou n'a pris mes hurlements au sérieux.



« Ma famille, je t'ai parlé de ma famille ? Tu sais, c'est que des cons. Ma mère, elle est partie, j'avais à peine deux ans... »











Réactions au texte

Personne n'a posté de réaction à ce texte pour le moment. Voulez-vous être le premier ?


Vous devez être connecté à votre compte pour poster votre opinion sur ce texte.
Cliquez ici pour vous identifier ou vous enregistrer